Un château unique dans l’histoire des forteresses du midi. « Une introduction au Languedoc courtois » comme le dit si bien Michel Roquebert. Château des troubadours avant d’être place de guerre, château de rêve où l’on se plaît à oublier le bruit des armes pour le son des luths et des vielles. On y tint cour d’amour dès 1150 autour de Pierre d’Auvergne qui y composa des poèmes pour Ermengarde de Narbonne. Mais le castel tel qu’il apparaît aujourd’hui n’est que celui du XIVème siècle, postérieur à la grande épopée de la croisade. L’ancien château existe encore, bien que délabré et détruit au cours des siècles par les habitants des alentours venus prendre, ici une cheminée là une pierre sculptée ailleurs des fragments complets d’appareillage.